1er septembre

Nous sommes arrivés hier soir en Chine. 18°C, sous la pluie, Kunming est une ville située à 1900 m d’altitude. Nous retrouvons les difficultés que nous connaissions déjà il y a dix ans. L’anglais n’a pas progressé et la prononciation du mandarin est toujours aussi problématique. Le mauvais ton au mauvais endroit et c’est tous les efforts que vous avez faits pour vous faire comprendre qui tombent à l’eau. En plus, une fois que vous vous êtes finalement fait comprendre et que la personne avec qui vous tentiez de communiquer répète les mots correctement, vous avez l’impression qu’elle prononce les vocables exactement comme vous.
La communication est réduite à sa portion minime. Un sourire révèle que nous appartenons tous bien à l’espèce humaine. Par contre, nous attirons beaucoup de regards qui donnent l’impression que nous nous sommes échappés de notre cage européenne pour permettre aux chinois de voir à quoi nous ressemblons en vrai !
Nous retrouvons aussi des odeurs de charbons, de mélanges de sucre, de sauce soja, de cigarettes ; et des bruits désagréables : des hommes se raclant la gorge, puis crachant par terre.

La Thaïlande a été notre porte d’entrée dans cette aventure. Je me rends compte que nous voyageons autant dans la (re)découverte de l’Asie que dans notre système familial et nos valeurs. Vivre ensemble nous pousse à être inventifs, à chercher des solutions. Il y a une dizaine de jours, las de vivre plusieurs heures par jour au rythme des désobéissances, provocations et surexcitation de la part des enfants, nous avons organisé un conseil de famille. De ce moment est sorti quatre règles basiques, en résumé, le droit de dormir le matin (jusqu’à 7h30, c’est quand même un minimum !), on parle doucement, pas de violence, si les parents communiquent avec quelqu’un, on se tait. Cela peut paraître très scolaire, mais a changé notre vie. Le climat est nettement plus agréable et serein. Valérie et moi-même avons aussi pu nous rendre compte que les enfants avaient besoin de moments « de n’importe quoi », de moments « gros mots sans que papa et maman soient-là », de moments de jeux en solitaires.

Nos moments d’école s’organisent aussi. Un matin, trois fois par semaine. Normalement, un matin, Valérie ; un matin, Christophe et un matin commun. Cela nous laisse ainsi un moment « à soi » par semaine. N’ayant ni livre, ni la possibilité d’imprimer, nous créons tout. Nous avons un petit portable sur lequel sont enregistrés de nombreux fichiers scannés. Ces préparations occupent une partie de nos soirées. Les math et le français sont les branches principales. L’école se prolonge parfois l’après-midi, dessin de temple, visites diverses.

Les enfants m’étonnent toujours par leur attitude dans les temples. Ces lieux ont des vertus sédatives. Ils entrent, tour de magie, abracadabra, se centrent, s’assoient par terre, ouvrent grands les yeux, chuchotent, ils ont l’air touchés par la grâce et restent ainsi contemplatifs de nombreuses minutes.

Ce soir, c’est l’anniversaire de Quentin, pizzas party programmée ! Il fête sa première décennie. On a acheté les bougies mais on n’a pas encore trouvés le gâteau !

Pour terminer, la devinette de la semaine : un des enfants salit son pull plus ou moins volontairement. La remontrance habituelle est : « c’est qui qui lave ? ». Mais là, impossible de répondre cela.

Valérie : « c’est qui qui paie pour donner la lessive à faire ! ». Depuis, elle a lavé un tout petit peu de linge à la main, c’est sans doute pour pouvoir utiliser à l’avenir la formule habituelle !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s